• 21 mai 2019

MACROÉCONOMIE ET MARCHÉS – SYNTHÈSE DU MOIS DE AVRIL 2019

SYNTHÈSE DU MOIS DE AVRIL 2019

MACROÉCONOMIE ET MARCHÉS – SYNTHÈSE DU MOIS DE AVRIL 2019

1024 685 Fair/e
Macroéconomie : la meilleure orientation de l’activité mondiale se confirme progressivement

Comme nous l’évoquions le mois dernier, l’activité mondiale continue de se reprendre progressivement, avec néanmoins une dynamique toujours poussive dans l’industrie. Ainsi, le PMI manufacturier mondial a de nouveau baissé en avril, à 50,3, un plus bas depuis juin 2016. Cependant, le PMI services reste mieux orienté (en mars il a rebondi pour le 2ème mois consécutif pour atteindre 53,7), tout comme les indicateurs coïncidents et les données durs (les ventes mondiales de semi-conducteurs ont progressé en mars pour la 1ère fois depuis octobre 2018).

Enfin, si aucun accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis n’a encore été signé, cela devrait être fait ce mois-ci tandis que le report de la date du Brexit à la fin octobre a écarté temporairement le risque d’un divorce brutal.

Aux Etats-Unis, la croissance du PIB a dépassé les attentes au 1er trimestre avec 3.2% en rythme trimestriel annualisé (vs. 2.3% attendu). Néanmoins, la consommation privée a été décevante (1.4%), l’investissement des entreprises n’a progressé que de de 2.7%. Enfin, la contribution des exportations nettes a été de 1pt et celle des stocks de 0.7pt. Au final, la demande intérieure finale est restée faible (+1.4%), de même que le déflateur des dépenses de consommation sous-jacente (+1.3%). Si les commandes de biens durables et les données de dépenses de consommation en avril confirment nos attentes d’une accélération de la croissance au 2ème trimestre, l’absence de pressions inflationnistes excessives va permettre à la FED de maintenir une politique monétaire souple.

En Zone euro également la croissance a dépassé les attentes selon les estimations préliminaires (les chiffres allemands ne seront disponibles qu’à la mi-mai) à 1.6% en rythme trimestriel annualisé (vs. 0.8% au 4ème trimestre 2018). En France, la croissance a été de 1.2%, soit une performance en ligne avec le consensus mais inférieur aux attentes de l’INSEE. La consommation privée a rebondi (+1.6%) mais l’investissement ralenti quelque peu (1.2%) pénalisé par l’investissement résidentiel (-1.2%). Au-delà, la stabilisation du PMI manufacturier en avril, la baisse du chômage et la relance budgétaire qui soutiendront la demande intérieure, ainsi que l’amélioration des perspectives extérieures suggèrent une poursuite de la ré accélération au 2ème trimestre. Le maintien d’une inflation européenne (1.7% sur un an en avril) inférieure à sa cible jusqu’en 2021, selon l’aveu même de la BCE, assure le maintien d’une forward guidance favorable aux conditions monétaires.

SYNTHÈSE DU MOIS DE AVRIL 2019

Marchés : les actifs risqués se sont distingués en avril

Les actifs risqués ont progressé en avril, dans un contexte de légères tensions sur les rendements dans les pays riches. Ils ont été soutenus par un rebond de surprises macro-économiques, le maintien d’un discours accommodant des principales banques centrales (FED, BCE, PBoC) et une baisse de la volatilité.

C’est aux Etats-Unis que la hausse des rendements obligataires a été la plus importante, +10pb à 2.50%. On notera également que la pente 2-10 ans s’est accentuée d’une dizaine de points de base. En Zone euro, la hausse a été moindre et l’OAT 10 ans termine à 0.37%. Cependant, depuis le début de l’année, sa baisse reste significative (35pb contre 18pb pour le T-Bond) et le Bund allemand flirt avec le 0. Le spread 10 ans France

Espagne a continué de se détendre alors que P. Sanchez devrait réussir à se maintenir au pouvoir au prix d’un gouvernement de coalition. Le spread italien est resté stable, tandis que S&P confirmait la note BBB ainsi que la surveillance négative.

Sur le marché du crédit corporate, le maintien d’un appétit pour le risque robuste a permis au segment le plus risqué (HY) de surperformer nettement celui de meilleur qualité avec une réduction des spreads de 22pb contre 8 pour l’IG.

Les performances des marchés actions ont également été très positives. Le MSCI monde (en dollars) progresse de 3.2% sur le mois, une performance dépassée par celle de l’Euro stoxx 50 (4.9% grâce à une surperformance du 8%) et dans une moindre mesure par celle du S&P 500 (+3.9%). Portés par des résultats trimestriels meilleurs que prévus (les surprises de bénéfices sur le 1er trimestre atteignent actuellement +5.4% après 4% au T4, contre -3.5% après +2% en Europe), l’indice a atteint un nouveau record historique. En termes de valorisation, le P/E forward 12 mois européen est revenu sur sa moyenne longue, un niveau dépassé par les Etats-Unis dès janvier. Les marchés émergents ont légèrement sous-performé, pénalisés par la hausse du dollar effectif de 2% depuis la mi-avril.

Enfin, le Brent a continué de progresser (+6.4%, soit +35% YTD). Une hausse alimentée dernièrement par la mise en place des sanctions américaines à l’encontre de l’Iran et de ses potentiels clients. L’or est resté stable (baisse de l’aversion pour le risque et hausse des taux réels US).

Achevé de rédiger le 3 mai 2019.