• 6 novembre 2018

L’investissement socialement responsable : des placements durables et éthiques

investissement socialement responsable

L’investissement socialement responsable : des placements durables et éthiques

1024 685 Fair/e

À fin 2017, l’investissement socialement responsable (ISR) représentait en France 310 milliards d’euros d’actifs.

L’ISR représente 9 % des encours des fonds

Les encours ISR sont gérés selon des stratégies qui sélectionnent les entreprises les plus en pointe sur le développement durable.

Selon les chiffres publiés par l’Association française de la gestion financière (AFG), en collaboration avec le FIR (Forum pour l’investissement responsable), l’encours total de l’ISR s’établissait à 310 milliards d’euros à la fin de l’année 2017.

Cet encours a cru de 12 % sur un an.

La moitié des fonds ISR sont détenus par les particuliers

L’encours de l’ISR se répartit entre les fonds d’investissement et les mandats de gestion. Les fonds ISR (156 milliards d’euros) représentent 9 % des encours des fonds d’investissement gérés en France (1 670 milliards).

Les investisseurs particuliers en détiennent 49 % (76 milliards), essentiellement dans le cadre des produits d’épargne (assurance-vie, PEA, comptes-titres…), dont 12 % dans l’épargne salariale (19 milliards d’euros).

Le best-in-class, approche dominante

La stratégie ISR dominante en France est le best-in-class (84 % des encours), suivie par le best-in-universe (11 %).

L’approche best-in-class consiste à sélectionner les meilleurs émetteurs au sein de chaque secteur d’activité, aucun secteur d’activité n’étant exclu.

L’approche best-in-universe sélectionne les meilleurs émetteurs tous secteurs confondus, ce qui écarte les secteurs où toutes les entreprises sont mal notées.

La notoriété de l’ISR reste faible

Si environ 6 Français sur 10 répondent accorder de l’importance aux enjeux environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placement, seul un tiers des Français a entendu parler de l’ISR, qu’ils soient détenteurs ou non de placement.

Les épargnants sont 9 sur 10 à répondre n’avoir jamais investi dans un produit ISR. Cependant, la part de ceux qui répondent avoir investi est passée de 2 à 5 % de 2013 à 2018.