• 2 octobre 2018

2019 : un avenir incertain pour les marchés

marchés

2019 : un avenir incertain pour les marchés

1024 685 Fair/e

La présente note de conjoncture accompagne une tribune publiée par Julien Magitteri quant à la préservation des patrimoines et la poursuite de vos ambitions dans un contexte structurellement tendu.

L’OCDE annonce pour 2019 une stabilisation, voire une régression de la croissance économique mondiale qui devrait, comme pour cette année, s’établir à 3.7% seulement. Les tensions commerciales, financières et politiques pèsent sur la croissance des PIB de manière générale. Les prévisions de croissance pour les USA ont baissé de 0.1% en passant de 2.1% à 2% pour 2019, celui de la Chine devrait également perdre près de 0.3% et passer de 6.7% en 2018 à 6.4% en 2019. Mais c’est la zone euro qui devrait subir la plus grosse amputation, à hauteur de -0.6%. L’OCDE anticipe un PIB de 1.9% pour 2019 tandis qu’il avait atteint 2.5% en 2017.

L’année 2019 devrait en effet subir de plein fouet la crainte des investisseurs suite aux événements politiques encore incertains (Brexit, Trump, Italie…). Cette réticence se traduit déjà par une chute des échanges commerciaux et des carnets de commande qui restent vides, notamment dans le secteur de l’industrie. La croissance du volume des échanges commerciaux mondiaux a en effet perdu 2% entre 2017 et 2018 (3% au 1er semestre 2018 contre 5% sur la même période en 2017). La crainte d’une contagion sur d’autres secteurs se fait de plus en plus ressentir sur les marchés.

On observe dès lors une survalorisation tangible de certains marchés comme celui du logement, une dette publique qui explose, suivie de près par la dette privée dans certaines économies… Que de facteurs qui rendent l’économie financière instable et vulnérable.

La régression de la croissance chinoise, additionnée à la hausse des taux et du dollar américain, pèse d’ailleurs déjà sur les marchés émergents dont les devises ne cessent de se déprécier.

Sans la mise en place d’une politique monétaire accommodante, une sévère correction des cours boursiers est donc à prévoir en ce début d’année 2019.