• 3 novembre 2017

Les start-up israéliennes, toujours plus haut

Les start-up israéliennes, toujours plus haut

1024 574 Fair/e

La France a encore beaucoup de chemin à faire si elle veut rivaliser avec la “start-up nation” qu’est Israël. Pour faire simple, les jeunes pousses israéliennes lèvent en 3 mois ce que leurs consoeurs françaises récoltent en 12 mois. D’après le baromètre exclusif de Capital Finance, 1.3 Md€ a ainsi été injecté dans les start-up tricolores entre janvier et septembre 2017. D’après les données publiées par le centre de recherches Israeli Venture Capital, la barre de 1.4Md$ a été dépassée pour le seul troisième trimestre. En volume, c’est le même constat qui s’impose : 192 entreprises financées en France sur neuf mois…et 144 en Israël pour la période courant de juillet à septembre. On aurait trop vite fait de conclure que celle-ci est “hors norme” : depuis septembre 2014, inlassablement, tous les trimestres se sont conclus sur des levées supérieures au milliard de dollars. Depuis janvier 2013, tout autant immanquablement , plus de 140 jeunes pousses sont parvenues à boucler leur tour de table.

Mais il y a un point sur lequel le trimestre écoulé se distingue. Pour la première fois depuis cinq millésimes, les opérations ont franchi en moyenne la barre unitaire symbolique des 10M$ (en France elle est de 6.7M€ aujourd’hui). Ce grand bond en avant, Israël le doit bien sûr aux 5 tours de table de plus de 50M$qui ont éclos en 3mois. Parmi ceux-ci, c’est Via Transportation qui a frappé le plus fort, en amassant 250M$. Si Uber a opté pour un modèle de VTC, Via Transportation s’est concentré sur une offre de “car pooling” (un groupe d’individus se rassemblant dans un véhicule privé, pour de courtes distances et un forfait fixe et unique de 5$). Tout autant que par la magnitude de son tour de financement. Via Transportation a fait la une en raison de la nature du principal contributeur de son augmentation de capital : Daimler. De quoi nous rappeler, le poids local du corporate venture.

Entre janvier et septembre, les jeunes pousses israéliennes ont donc amassé près de 4Md$ (3.8Md€).

Sources Capital Finance Groupe Les Echos & IVC